Toutes les histoires

Titre de votre histoire

Votre histoire de rôliste

Question anti-bot (réponse en toutes lettres et en minuscules)
Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henry IV ?

Fermer

On voulait juste acheter des tentes...

Un groupe comptant 6 aventurier as été missionnés pour aller investiguer sur la mystérieuse disparition d'un village. Les aventuriers se disent qu'ils auraient bien besoin de tentes pour ce dangereux périple ! Seulement voilà, y'a trois joueurs débutant...et ça c'est pas bon. Ils se ramènent dans une boutique et essaient d'acheter des tentes. Après quelques mots mal placés la vendeuse appelle le vigile pour régler la situation. L'un des PJ fait alors un discours magnifique qui apaise les tensions. C'est alors que l'un des débutants se rapproche de la vendeuse et lui dit :
"Nan mais sinon vous avez des problèmes psychiatriques ? Genre vous vous seriez pas faites violée pendant votre enfance ?"
Et alors tout part en sucette les PJ essaient de piquer des tentes, il y'en a un qui attrape la caisse et essaie de s'enfuir mais se fait taper par le vigile... Le vigile meurt...les gardes pourchassent les Pj...celui avec la caisse trouve rien de mieux à faire que de sauter directement dans les égouts par une bouche d'égout ouverte et se pète le pied...et dans tout ça ils ont gardé qu'une tente !

Des Pj...machiavéliques ?

Un groupe d'aventurier plutôt banal constitué d'un sorcie de village d'un chirurgien barbier et d'un vagabond se retrouve détenteur à son insu d'un sombre pouvoir...

Une nuit, le chirurgie barbier, un nain qui plus est, découvre son pouvoir. Ce pouvoir augmente grandement sa force mais le risque de mutation est terriblement élevé (mais ça...il ne le sait pas!)

Il se lève en pleine nuit et part à la recherche de la chambre de l'aubergiste. Il réussit à se faufiler à l'intérieur...il se rapproche du lit...et il écrase la tête de l'aubergiste d'un gros coup de poing ! Quelques jours plus tard, dans une autre auberge notre cher aventurier devient encore plus psychopathe. Il se faufile encore une fois dans la chambre d'un aubergiste, il égorge la femme, décapite l'homme (il arrête pas de réussir tous ses tests c'est...affligeant!) et il décide de récupérer le foie de l'homme (oui il est déjà complètement fou). Seulement il rate son test et emporte tous les organes digestifs de l'homme avec lui. Il me dit qu'il met tous ça dans son sac, seulement son sac est dans la chambre et comme il ne m'as pas dit qu'il l'emmenait avec lui je considère qu'il laisse couler du sang tout le long du chemin ! Puis ensuite un autre PJ se réveille. Il voit alors les traces de sang par terre et découvre facilement ce qui s'est passé. Lui aussi atteint (parait-il) d'une certaine psychose mentale décide de faire une petite blague au dernier PJ et il prend les organes et les poses sur lui avant d'aller se coucher. Le dernier PJ se réveille et il réalise qu'il a des organes sur lui, il ouvre la fenêtre et les jette dans le caniveau.

Le lendemain matin les PJ réalisent qu'avec les traces de sang ils vont être accusés tout de suite. Ils décident alors de sortir par la fenêtre ni vu ni connus, comme ils sont pas fort en escalade ils tombent tous dans le caniveau... et sur les organes ! Ils se retrouvent barbouillés de sang. Ils récupèrent leur charrette en hâte et s'en vont espérant ne pas s'être fait remarqué... Ah je précise que le dernier PJ est aussi passé par la chambre de l'aubergiste ou il est devenu définitivement fou, il s'est amusé à faire une oeuvre d'art avec les cadavres (je vous passe les détails peu ragoûtant...)

Un plan foireux

Les PJs attendent dans un village une attaque de trolls dans la nuit.

Ils discutent du plan de défense. Ils se disposent vaguement, puis l'un fait remarquer que ce sera la nuit, que les trolls ont la vision nocturne, mais pas eux.
Les joueurs :
"On met des torches sur pied un peu partout dans le village."
"Mais ils pourront facilement les jeter par terre pour les éteindre."
"Je peux lancer des oraisons de lumière."
"Mais les trolls craignent le feu, ça pourrait être pratique d'avoir du feu sous la main pendant le combat."
"OK, alors on lance lumière sur des torches, et on y met aussi le feu ! Comme ça, ils vont arriver, jeter les torches au sol, et ils auront l'air bien cons quand ils verront qu'elles continuent d'éclairer. on va même gagner la surprise ! Vas-y, on est prêts !"

Le MJ :
"C'est ÇA votre plan !?! OK... Alors, vers minuit, un troll défonce la palissade au sud, court prendre la torche, et l'envoie au loin dans les bois. Un autre fait pareil à l'ouest."

...

L'orc, le nain, l'elfe et le poison ... ou comment faire fortune facilement.

C'était il y a quelques temps, trois compères exploraient un sous-terrain à la recherche d'un trésor mystérieux.

Le groupe comptait un nain balafré, plutôt bourrin et franchement cupide, un orc scarifié, plutôt cupide et franchement bourrin et un mage elfe qui traînait avec eux dans l’espoir d'amasser des richesses et des objets magiques qui le rendrait de plus en plus puissant.

Bref, notre belle compagnie, guidée par l'amour de son prochain, un sens inénarrable de la noblesse et un appétit vorace pour tout ce qui brille, se revend ou s'échange, explorait le sous-terrain.

Vient le moment cruciale où le trio découvre un coffret posé sur une socle en marbre, illuminé d'un rayon de lumière (ôôôôôh). Après l'habituelle recherche des pièges et autres entourloupes MJ-esque, le nain s'empare du coffret et l'ouvre. Dans un écrin de velours pourpre se trouve, une petite fiole contenant un liquide visqueux et verdâtre.

L'elfe se dit soudain que la potion doit être magique, qu'elle doit lui revenir et que ce n'est sûrement pas à un vulgaire nain de s'occuper de choses aussi subtiles que la détermination d'un contenu alchimique. Il exige qu'on lui remette le coffret.

Le nain lui répond alors "tu peux toujours crever, sale bouse en robe!"
S'en suit une altercation orale dont j'oublie pas mal de détails, toujours est-il que l'elfe appuyait sur le manque d'hygiène, de savoir vivre et de centimètres de son compagnon, qui à son tour répliquait en critiquant le sens moral, la virilité et le régime alimentaire à base de légumes du mage.
Lassé de les voir se disputer, l'orc intervient et se saisit du coffret. Autant, le nain refusait de le laisser à l'elfe, autant face à l'orc il la ramène beaucoup moins ...

L'orc examine la fiole et se dit que le contenu est peut être dangereux. Il force l'elfe à en avaler une partie en le menaçant de sa masse d'arme. Le mage se dit qu'il est peut être moins douloureux d'attraper une colique qu'un coup de gourdin et bois la moitié de la fiole.
Le groupe attend un peu qu'il se passe quelque chose, et comme il se passe vraiment rien au bout de cinq minutes, l'orc boit le reste de la fiole.
La petite troupe reprend on exploration, et l'elfe en profite pour concocter en douce un anti-poison avec ce qui lui tombe sous la main, bien à l’abri du regard de ses comparses. La préparation rate lamentablement, et l'anti-poison intoxique le pauvre mage maladroit.
Dans une crise de spasmes aigüe, alors qu'il crache de la salive à grands flots et que ses yeux se révulsent, l'elfe pousse son dernier soupir, sous le regard médusé de l'orc, et plutôt amusé du nain.

Paniqué à l'idée que la mort du mage n'ai été causée par l'ingestion de la fiole, l'orc se dit qu'il vaut mieux mourir dignement, qu'empoisonné, surtout au regard de son dieux cruel et chaotique. Il demande au nain de lui faire cette faveur, ce à quoi le cupide petit guerrier rétorque qu'il n'acceptera qu'à la condition d'être le légataire de tous les biens de son compagnon. Le marché est conclu, l'orc ôte son pagne et le remet ainsi que sa masse au nain qui lui assène un formidable coup de hache dans la nuque.

C'est ainsi que le nain se retrouva en possession de tous les biens de la compagnie, et qu'il abandonna l'exploration du sous-terrain pour aller les revendre.

Ce n'est qu'une foi la partie terminée que le MJ avoua que la fiole était en réalité un simple élixir de jouvence. Le joueur qui incarnait l'orc fusilla alors celui qui avait joué l'elfe du regard et se promettant qu'un jour il se vengerai ....