Dans le coffre

Première partie de james bond. On se retrouve, en Italie, à Rome, pour déjouer un complot mettant en péril le monde entier, mazette, rien que ça.

Au cours de nos périgrinations, on découvre que l'un de nos indics sur les lieux, un grec, est en fait un traitre qui nous a compromis. On l'embarque et l'on change, de planque, allant se cacher dans un petit hôtel miteux.

Bien entendu, on essaie de faire cracher le max d'info au grec, et cela de la façon la plus douce possible (bien entendu). Mais la question était de savoir comment on allait s'assurer que nous ne perdrions pas notre monnaie d'échange (le grec) et notre source d'info (toujours le grec), lors de nos sorties.

L'un des joueurs (moi) eut alors une idée géniale. Trimbaler le grec, dans le coffre de notre bagnole, attaché et bâillonné. Et c'est ce que tout fîmes. Pendant toute la partie, le grec fit du tourisme dans le coffre de notre bagnole.

Et pendant de long mois, l'expression 'et le grec, on le met dans le coffre' réapparu pour un oui ou un non, dans nos conversations, déclenchant à chaque fois les rires de ceux qui comprenaient le truc :).

Un petit commentaire ?
Les commentaires postés par des rôlistes non identifiés doivent être modérés avant d'être publiés.

Question anti-bot (réponse en toutes lettres et en minuscules) :

Combien font trois fois cinq ?