Toutes les histoires

Titre de votre histoire

Votre histoire de rôliste

Question anti-bot (réponse en toutes lettres et en minuscules)
Combien font trois fois cinq ?

Fermer

de la véracité de l'adage "Chat échaudé craint l'eau froide", sans qu'il soit possible de conclure sur le cas des chats endormis

Quand j'ai commencé mes maîtrises, un des joueurs avait un rythme de sommeil particulier : il dormait tout le temps.
Du coup, il comatait pendant les parties et cela a donné des moments inoubliables d'incompréhension !

Il jouait un ensorceleur.
Premier combat : 3 gobelins.
MJ (moi) : ok, on arrive au tour de G. G. tu fais quoi ?
PJ (G.) : ...
MJ : G. ? G. ! G., hé oh !
PJ : hmmm... oui, quoi ? ah... Je charge.
MJ : t'es conscient que tu joue un ensorceleur et que tu vas charger SEUL les gobelins ?
PJ : hmmm... hein ? non mais oui... hmmmm. Je charge.

Plus tard (il a survécu de justesse aux 3 gobelins), sur un bateau, deux PJs sont attaqués par un hurleur, les autres dorment à l'autre bout de l'embarcation et ont 0 chances d'entendre. Seul G. dort de ce coté et peut les entendre et les aider.
PJ1 : Je fais le maximum de bruit pour réveiller G.
MJ : on va voir ça, G., tu me fais un test de Perception Auditive ?... quelqu'un peut le réveiller au passage ?
G. : Hmmm...un jet de quoi ? Ah, ok. 17, non 15 ! attends, tu m'as bien dis Représentation, hein ?
MJ : pffff. Non, mais c'est pas grave, ça suffit, tu te réveilles.
G. : hmmm. Et j'entend quoi?
MJ : Ben PJ1 qui beugle et des bruits de combat.
G. : de combat, ah non ! J'y vais pas. Je me rendors.
PJ1 : Gnééééé ?

Overdose de mangas H

Nous étions dans notre fort récemment acquis (le Fort Ranik), quand les villageois nous ont appelé à l'aide à cause d'une crue. Elle avait été provoquée par une mère de l'oubli (un gros monstre à tentacules, très important pour la suite).

Quand nous avons vu cette créature de taille Gigantesque, tenter de démolir l'église remplie de blessés et de malades en frappant à l'aide de ses tentacules, tuant un villageois qui avait essayé de lui tirer une flèche...

[HRP] Moi: Pourquoi j'ai choisi de jouer une fille moi?
Les autres: Tu veux dire quoi?
Moi: un monstre à tentacules!
La joueuse d'Azura: Hein, c'est quoi le rapport?
Moi: Non rien laisse tomber.
[/HRP]

de la folie furieuse en pleine mer

Un ami a décidé de faire un système One Piece à base de d100.
Et pour s'inspirer des Shonen, nos persos ont un boost de puissance quand ils ont perdu beaucoup de vie.
On fait nos personnages, avec chacun son attaque (moi c'était le lancé de clé à molette, un ami étant pro du coup de banjo dans la tronche).
Notre équipage s'appelle les Pirates Chanteurs Moustachus, et on commence à écumer East Blue à la recherche d'une carte pour atteindre Grand Line.
Première île où on accoste, on se fait repérer par la marine, et on finit par fuir en beuglant dans la ville "Nous sommes les Pirates Chanteurs Moustachus".
Île suivante, on voit que notre chef a un avis de recherche mais pas nous.
Mon ami au banjo et moi même allons voir la marine, et s'en suit un dialogue mémorable.
(banjo brandit l'affiche)
Nous : messieurs de la Marine, nous venons nous plaindre, c'est inadmissible !
Eux : hein, quoi ?
Nous (en leur mettant l'affiche sous le nez) : Mais ça, c'est honteux !
Eux : ah, oui, ces pirates qui écument les mers, ah oui c'est honteux, mais...
Nous : Non ! ON EST OU, NOUS ??
Eux : hein ?
Nous : C'est pas juste, pourquoi y a que le chef qui a une prime sur sa tête et pas nous ?

Peu de temps après, les voyant dégainer leurs armes, nous avons décidé de tenter une nouvelle attaque le "Shrapnel de 12 en Fa majeur" : Un sac de clé à molettes lancé en l'air, et Banjo frappe dans le tas pour les envoyer à qui de droit.
Sur le retour, le chef local de la Marine nous attaque, et nous, on s'est laissé tabasser jusqu'à atteindre le seuil fatidique, avoir des pouvoirs boostés et mettre le "boss" au tapis en 2 rounds.

Réaction du MJ : "va peut être falloir que je revoie le système".

de la notion de sacrifice

Appel de Cthulhu, campagne "Les oripeaux du roi". Quelques spoilers au passage.
4 joueurs, dont un psychologue anti-freudien par qui est arrivé l'affaire et un prêtre très curieux.

J'ai utilisé un système de magie personnalisée pour cette campagne, c'est à dire qu'au lieu de leur donner des sorts tout faits, ils pouvaient créer leurs propres effets sous plusieurs conditions (avoir lu des livres du Mythe, que cela soit justifié d'une façon ou d'une autre, que cela soit dangereux et ait un coût non négligeable et que tout le monde le trouve intéressant). Je ne regretterais jamais ce choix !
A la fin de la campagne (nous n'avons joué que la première partie, la seconde me paraissant redondante), ils devaient empêcher un cultiste d'invoquer Hastur. Seul problème : ce cultiste est immunisé à toute blessure.
Ils entrent dans Carcosa, subissent plusieurs pertes de SAN et arrive en vue de l'invocation alors que la forme du Grand Ancien commence à se dessiner.
Le psychologue et le prêtre descendent en disant aux autres "on sait quoi faire".
Le psychologue a lancé un sort personnalisé permettant de lier sa destinée à celle de l'immortel. Si l'un meurt, l'autre meurt avec lui. Puis le prêtre lui a tiré une balle dans le crâne.

Le psychologue a perdu la vie, le prêtre a perdu la tête, moi j'ai été tenté de les applaudir.

de la paranoïa du PJ lambda

Une de mes premières maîtrise à D&D, il y a de longues années maintenant.
Mon groupe s'était arrêté pour camper après une journée de harcèlement de la part d'une troupe de gobelins.
Un des joueurs me demande à faire un jet de détection.
Il fait un 1 (échec critique normalement) : je lui dis qu'il ne voit rien (sans lui dire qu'il n'y a rien à voir)
Flippé, un des autres joueurs demande à faire un jet. 2. Il ne voit rien.
Le troisième aussi. 5. Il ne voit rien.
Le quatrième et dernier joueur lance son dé. 20 ! Coup critique. Les autres sont soulagés, ils craignaient la prise en embuscade.
Moi je suis bien ennuyé, puisqu'il n'y avait vraiment rien à signaler.

Pour la blague je lui dis
"tu ne vois rien... ah si !! là dans un arbre, non loin de vous, il y a un écureuil rouge".
je m'attendais à un petit "ah, ah, ah, très drôle ta vanne". J'ai été surpris : ils ont chassé ce pauvre écureuil pendant 1h sans l'attraper, puis n'ont presque pas dormi de peur qu'il ne s'approche...

Depuis, l'écureuil rouge fait quelques petits caméos dans mes parties et est devenu presque un emblème.